Home » » La peine de mort n'est pas un concept juridique, c'est une question philosophique

La peine de mort n'est pas un concept juridique, c'est une question philosophique



Netanyahou et Mendelblitt
Selon le Yediot Aharonot du jour (19.12.2017), le conseiller juridique du gouvernement en Israël, Avichai Mendelblitt, devrait rendre cette semaine un avis juridique concernant le projet de loi du ministre de la défense Avigdor Liberman qui prévoit de légiférer pour une peine de mort pour les terroristes. 

Selon la presse, on s’attend à ce qu’il s’y oppose. Le journal cite en effet des experts juridiques qui mettent en avant la tendance dans le monde libre, à supprimer la peine de mort plutôt qu'à l'instaure ou la ré-instaurer. La tendance est en effet contraire,  l’UE a supprimé la peine de mort tout comme plusieurs Etats des Etats-Unis.

Pour autant, la peine de mort est-elle une notion juridique ? Si l'on se réfère au terme de "peine" on  concluera que oui. Ce serait avoir une vision très étriquée de la justice. La question d'attribuer la mort à un individu et/ou un citoyen par une décision de justice d'un Etat moderne est évidemment une question philosophique. Les philosophes peuvent en débattre, les historiens peuvent nous en faire l'historique, les historiens du droit peuvent nous dire quand et comment la peine de mort a été supprimée au sein de l'UE ou dans certains Etats des Etats-Unis. Il n'en reste pas moins que la "tendance" n'a pas à décider d'une question ô combien philosophique.

On se fiche de savoir si l'UE ou d'autres Etats l'ont supprimée.
Tout comme on se fiche de savoir ce que pense l'UE de notre capitale, Jérusalem.
Tout comme il ne faudrait pas compter sur l'UE pour nous montrer le chemin en matière de politique d'immigration.

L'avis juridique du conseiller juridique du gouvernement n'est en fait rien d'autre qu'un avis politique.
Tout comme le fut la décision de la cour suprême israélienne, il y a quelques jours, de demander à l'Etat de ne pas utiliser les corps de terroristes comme monnaie d'échange pour rapatrier les corps des soldats d'Israël. Quel concept purement juridique peut-il justifier une telle décision ? Elle n'est rien d'autre que politique.

Il serait donc temps que le conseiller juridique du gouvernement et la cour suprême cesse de s'insérer dans des questions politiques et philosophiques et se cantonnent à leur rôle purement juridique.

Méïr Ronen - Le Blog des Hébreux
19.12.2017

2 commentaires:

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Rubriques

Fourni par Blogger.