Home » , , , » Toulouse, capitale de la Belgique

Toulouse, capitale de la Belgique





Le président "états-unien" comme l'écrit Le Monde, serait susceptible, si l'on en croit la presse américaine, de reconnaître mercredi 6 décembre, la ville de Jérusalem comme capitale d'Israël.


Cet acte banal qui consiste à reconnaître quelque chose qui l'est déjà depuis 70 ans, illustre à merveille la disproportion et l'outrance dont l'Etat d'Israël est la victime structurelle (quand bien même on chercherait à éviter toute considération victimologiste). Si bien qu'il n'est pas étonnant, devant de telles attaques, qu'Israël et ses partisans se sentent injustement attaqués à n'importe quelle occasion.

On pourrait en vérité discuter intellectuellement le piège que constitue Jérusalem pour l'Etat d'Israël, l'insistance qui est la sienne sur ce sujet, la nature symbolique trop forte des juifs à cette ville, etc. On le pourrait dans un débat dépassionné, et nous tentons d'ailleurs de le faire. Lire à cet égard Jérusalem, le piège mortel d'Israël. Mais face à un tel refus du monde d'accepter le choix de l'Etat d'Israël, l'heure est au soutien face à une situation  insupportable.
Politiquement l'Etat d'Israël existe, qu'on le veuille ou non, qu'on l'aime ou non, et la capitale qu'il s'est choisie est Jérusalem. La moindre des politesses politiques et diplomatiques, la justice et le traitement d'égal à égal avec cet Etat, serait de le reconnaître, un point c'est tout.

Le cas est en effet singulier. 
A ma connaissance il n'existe pas d'autre capitale, choisie par un Etat, mais que le reste du monde refuse de reconnaître. Lui choisissant une autre de ses villes. On lit partout Tel Aviv pour évoquer Israël, les ambassades du monde entier y sont installées et certains affirment que c'est la capitale d'Israël. Pourtant aucune institution israélienne ne reconnaît Tel Aviv comme capitale, pas même le maire de Tel Aviv qui ne veut pas de ce statut, si bien que les autres Etats ont choisi cette ville parce que c'est la 2e plus grande du pays après Jérusalem, qu'ils refusent de reconnaître Jérusalem, et peut-être aussi histoire de pouvoir profiter de la mer et des cafés tel aviviens ... C'est toujours plus sympa que le temps semi-aride du Néguev.
Balayons également d'un trait la question de la guerre de 1967 et de la "ligne verte". Aucun Etat ne reconnaît même Jérusalem-ouest comme capitale et aucun Etat n'y déplace son ambassade.

Puisqu'il en est ainsi on peut parler de New York comme capitale des Etats-Unis, York comme capitale de l'Angleterre, Médine comme capitale saoudienne, Tanger comme capitale marocaine et puisqu'on peut raconter n'importe quoi, décider que Toulouse serait la capitale de la Belgique ... 

De la Belgique, oui, pas même de la France. 
Cela ne serait pas plus grotesque que de revendiquer Jérusalem comme capitale d'un éniène, 23e exactement, Etat arabiste, alors même qu'aucun Etat arabéen et musulman n'en a jamais fait sa capitale. Ni la Transjordanie, ni les Ottomans ni l'Etat des Mamelouks, ni les Fatimides, aucune autorité arabo-musulmane.

Il ne se passe pas un jour depuis que l'éventuel projet de Trump de reconnaître l'évidence a été porté à la connaissance de tous, sans que tel ou tel Etat y mette de son petit grain de sel, avec à chaque fois les mêmes arguments de voyous déguisés en préoccupation. 
"Plus l'heure de la décision approche plus la pression internationale s'intensifie pour qu'il évite tout choix susceptible de ruiner les espoirs de relance du processus de paix" écrit Le Monde, dont le journaliste s'arroge le droit de juger ce qui ruinerait un "processus de paix" aussi moribond que stupide. Avant-hier l'Egypte et la Jordanie menaçaient les Etats-Unis d'Amérique, hier c'était la Turquie, puis l'OCI toute entière a recommandé la tenue d'un sommet. Même le président français Emmanuel Macron a cru bon de la ramener en diffusant un communiqué de l'Elysée exprimant sa préoccupation devant une déclaration "de façon unilatérale"...
Le mot est assez amusant. Faudrait-il donc que les Etats-Unis consultent le monde entier pour savoir s'ils peuvent reconnaître une capitale ou non ? Faudrait-il aussi qu'Israël, afin de déclarer sa propre capitale, demande aussi la permission au monde entier ? Un peu comme il l'a fait pour créer son propre Etat, cas assez exceptionnel, créant ainsi un précédent aussi stupide qu'admiré ? 

Comme toujours, la menace arabiste de la violence dans les rues - de la "rue arabe" comme il se dit familièrement - que craignent très souvent les dirigeants arabistes eux-mêmes - fait office de politique. "Ne faites pas ça sinon ça va exploser ! Je ne pourrai plus retenir la foule" semble être le mot d'ordre répété dans le monde pour faire pression sur Trump. C'est la méthode du voyou qui menace de tout casser s'il n'obtient pas ce qu'il veut. C'est la menace de l'islam qui estime que tout lui revient de droit.

Comme dans de nombreux autres cas (le Mont du Temple, le droit de se défendre, les questions territoriales, etc), Israël n'a pas le droit au même traitement que les autres Etats, car le colonialisme arabiste islamique de rue comme de chancellerie ne l'accepterait pas. Et face à la rue et les chancelleries arabistes, il semble que tout le monde ait peur, que tout le monde recule, que tout le monde se couche, que tout le monde se soumette. La soumission devant l'outrance arabiste islamique. Voilà qui en dit long sur l'état des forces dans le monde ! 

Espérons que Trump saura résister à ces attaques colonialistes.
Permettez-moi tout de même d'en douter. Jusqu'à présent Trump n'a eu que des mots cherchant à repousser le colonialisme islamique (compte tenu du niveau général, c'est déjà ça !), mais nous attendons le courage d'un premier acte. 

Méïr Ronen - Le Blog des Hébreux
5.12.2017

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Rubriques

Fourni par Blogger.