Home » , » Syriens et Iraniens mettent la Russie à l'épreuve

Syriens et Iraniens mettent la Russie à l'épreuve

Chronique de Michaël Bar Zvi du 19 octobre 2017 

La date choisie pour le lancement de missiles SA5 contre des avions israéliens en vol de reconnaissance au-dessus de la Syrie n’est pas le fruit du hasard. En effet le même jour, le lundi 16 octobre le ministre de la défense russe Sergei Shoigu arrivait en visite en Israël pour y rencontrer le ministre israélien de la défense Avigdor Liebermann et des membres de l’état-major de Tsahal, afin de renforcer la coordination établie depuis plusieurs mois entre Moscou et Jérusalem sur les problèmes liés à la guerre en Syrie. L’objectif des Syriens, et derrière eux des Iraniens et du Hezbollah est de montrer qu’ils ne sont pas entièrement dépendants de la Russie, et en particulier sur tout ce qui concerne la guerre contre Israël. Les Russes n’ont pas été prévenus de ce lancement et n’ont pas du tout apprécié ce geste, d’autant que les Syriens n’avaient pas utilisé ce type de missiles depuis mars dernier. Mais l’autre raison de cette attaque est sans aucun doute le changement de stratégie de l’administration Trump à l’égard de l’accord sur le nucléaire. Téhéran essaie de mettre les Etats-Unis à l’épreuve. Malgré la volonté de Trump de rejeter l’accord, son abrogation pure et simple paraît improbable car elle nécessite l’agrément des Européens, de la Chine et de la Russie. Trump peut imposer des sanctions au niveau américain, refuser de collaborer à la reprise des activités économiques, mais ne peut empêcher les autres Etats de collaborer. 

Pourtant le président américain ne semble pas vraiment réagir lorsque l’Iran étend son action de soutien aux mouvements terroristes au Proche-Orient. Les livraisons d’armes au Hezbollah se poursuivent et s’intensifient. Par ailleurs le énième accord de réconciliation signé entre le Hamas et l’Autorité palestinienne s’est fait avec le soutien actif des Iraniens de plus en plus présents dans la bande de Gaza. La stratégie de Téhéran est de créer un front terroriste coordonné avec le Hezbollah au nord, le Hamas au sud et une "Autorité palestinienne" noyautée par sa branche islamiste. Avant-hier le chef d’état-major iranien, Mohammad Bangeri a rendu une visite surprise à Damas pour marquer la présence de Téhéran sur le terrain et renforcer le soutien militaire de son pays à Bachar el Assad. 

Trump avait pointé du doigt, lors de sa visite au Proche-Orient, le rôle de l’Iran dans le développement du terrorisme et la lutte contre les pays musulmans modérés, mais force est de constater que ses propos n’ont pas été suivis d’action sur le terrain et que l’influence de Téhéran se fait sentir de plus en plus au fil des semaines. Les Iraniens savent que l’accord sur le nucléaire ne sera pas remis totalement en cause, et qu’ils bénéficient dans certains pays européens, intéressés à reprendre leurs échanges commerciaux, d’un capital de sympathie. Personne ne s’intéresse à la poussée iranienne au Liban, en Syrie, au Yemen, dans le Golfe persique, ou dans la bande de Gaza, car l’occident croit dur comme fer au mythe historique d’un islam chiite plus modéré et conciliant que l’islam sunnite. Pourtant c’est à Khomeiny que nous devons le grand retour d’un islam fondamentaliste, qui a toujours existé mais était un peu en sommeil. La création d’une république islamique a relancé les ardeurs des Frères musulmans et autres confréries intégristes, qui se sont engagés depuis le début des années 80 dans une concurrence sanglante au djihadisme. Il ne s’agit pas seulement d’ouvrir les yeux mais surtout que cet aveuglement ne transforme pas l’occident en complice de ce nouveau totalitarisme. 

Michaël Bar-Zvi Kaf Tet Tichri  5778

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Rubriques

Fourni par Blogger.