Home » , » Marine le Pen et l'Etat d'Israël !

Marine le Pen et l'Etat d'Israël !

Marine Le Pen
Marine le Pen vient involontairement (ou volontairement ?) de rendre le plus grand service qui soit à l'Etat d'Israël. 
Comment donc ?
Grâce à son programme d'abolir la double-nationalité à tous les citoyens français (y compris à ceux qui se définissent - malencontreusement -"juifs" au lieu de "Hébreux"), Marine le Pen a mis l'Etat d'Israël en face de ses contradictions internes et ses responsabilités historiques qu'il a bafouées si longtemps : va-t-il enfin devenir un réel et authentique Etat hébreu ? Ou compte- t-il persister à servir de "compagnie d'assurances contre l'antisémitisme" pour les juifs diasporiques qui détiennent la citoyenneté française et, a fortiori, aux schizophrènes parmi eux qui ont la double-nationalité franco-israélienne.
 
Mais pas seulement eux ! N'oublions pas non plus ceux qu'on appelle en hébreu "yordim", ces traîtres d'Israéliens qui sont plus d'un million à vivre aux US et qu'Ytshaq Rabin (pour une fois, je suis d'accord avec lui !) nommait "des déchets de décadents" ! 
Parfois, je me prends à rêver et à voir le gouvernement de l'Etat d'Israël à imiter sur ce point précis le programme de Marine le Pen, proposant d’abolir la double nationalité de tous ses ressortissants qui la détiennent.
Car la proposition de Marine le Pen ouvre aussi la voie à un amendement de la "Loi du Retour". Celle-ci permet indéfiniment à tout "juif" de la diaspora de demander à bénéficier de la "Loi du Retour" et ainsi accéder automatiquement à la citoyenneté israélienne.
Ne faudrait-il pas dorénavant ajouter un alinea à cette "Loi du Retour". Un alinea qui stipulerait qu'elle sera définie et limitée dans le temps : pas plus de dix ans !
Si j'étais un député, j'aurais proposé à la Knesseth (le Parlement israélien) une réforme de la Loi du Retour avec l'alinea suivant : 
Si dans un laps de temps ne dépassant pas 10 ans au maximum, un "juif" de la diaspora et un Israélien "yored" ayant plus de 18 ans, ne dépose pas une demande de s'installer (ou se réinstaller) définitivement en Israël et y obtenir (ou ré-obtenir) la citoyenneté israélienne exclusive, il perdra irrémédiablement son droit à la "Loi du Retour".
Passé ce laps de temps, il sera soumis aux "lois d'immigration" appliquées dans toute leur rigueur, avec en particulier les restrictions qui pèsent sur tout candidat, sans aucun rapport avec sa confession, sa couleur de peau, son sexe, ou son origine ethnique. 
Ainsi sera enfin respectée la pensée visionnaire de Zeev Jabotinsky, un des Pères du Sionisme, qui avertissait dès les années 30 : "Si le sionisme ne liquide pas la diaspora, la diaspora liquidera le sionisme". 
Et en écho à cet avertissement de Jabotinsky, nous ajoutons la sentence de Yonatan Ratosh, le chantre du Mouvement Hébreu de Libération, qui déclara juste après la déclaration d'Indépendance de 1948 : "Si l'Etat d'Israël ne liquide pas le judaïsme, c'est le judaïsme qui liquidera l'Etat d'Israël !"
A bon entendeur, salut ! Et, en tant qu'Hébreu israélien, je remercie madame Marine le Pen de nous avoir montré la voie de la dignité. 

David Belhassen - 11 février 2017

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Rubriques

Fourni par Blogger.