Home » , » Les roquettes du Hamas : petits conseils entre amis

Les roquettes du Hamas : petits conseils entre amis


Alors que plus de 150 roquettes ont été tirées entre hier soir et ce soir (14.7.2018) depuis la bande de Gaza sur Israël, les réactions des dirigeants et responsables israéliens ont de quoi faire rire, ou pleurer.

Tout porte à croire qu'ils ont envie d'entrer en guerre comme de se pendre. Certains peut être au Likoud et au sein de la coalition à cause des prochaines élections, d'autres éventuellement à cause de Trump, de son plan et de ses pourparlers dénommés "Gaza d'abord", dans l'opposition peut-être pour ne pas déplaire à leurs copains européens, et parmi les hauts responsables de l'armée sans doute pour mieux se gratter les couilles, ou bien par empathie avec l'ennemi, ce qui est pire.
Beaucoup de réactions pourraient être citées. Faisons une sélection des plus drôles.

Selon la chaîne Kan, un responsable sécuritaire mêlé aux pourparlers concernant Gaza aurait mentionné que dans les négociations, Israël demandait aussi la fin de l'envoi de cerfs volants et ballons incendiaires.

Ah bon ? C'est pas vrai ? Et dire qu'on aurait pu sérieusement croire qu'Israël allait accepter d'envoyer plus d'aide humanitaire à Gaza, de construire une centrale électrique de panneaux solaires à la frontière, un aéroport à Chypre, etc, tout en laissant des terroristes brûler tous les champs autour de la frontière à coup de dizaines d'engins par jour tout en cherchant le moyen de brûler tout le pays. Ben voyons.

Autre citation : le porte parole du jihad islamique a indiqué que son groupe a accepté "un cessez le feu si Israël cesse". 

Donc le Jihad islamique tire, s'en prend un peu en retour puis quand il a envie de se reposer, demande à s'arrêter, c'est lui qui fait le jour et la nuit. Avec son copain le Hamas.

Et le pire c'est qu'Israël pourrait accepter.

En témoigne cette réaction du premier ministre Netanyahou : "nous augmenterons notre réponse autant que nécessaire. Si le Hamas ne comprend pas le message aujourd'hui, il comprendra demain."
Ce qui laisse supposer que si le Hamas s'arrête de tirer à partir de maintenant, Israël ne fera rien. Aucune sanction. Aucune frappe. Rien. 

Un responsable de l'armée de l'air déclarait aussi dans l'après midi : "Si le Hamas élargit ses frappes, il le regrettera."

J'en comprends que le Hamas n'a plus qu'une chose à faire. Continuer à tirer à moyen terme mais sans intensifier ses tirs.

S'arrêter de tirer pour aujourd'hui et se planquer. Recommencer les cerfs volants et ballons incendiaires demain, et tirer à nouveau des roquettes vendredi ou samedi prochain. Tout sera oublié. Et d'autre part, ne pas tirer plus loin qu'autour de la bande de Gaza ou Ashkelon, de façon à ne déranger que les habitants du sud. Apparemment le gouvernement s'en fout un peu de leur vie.
Mieux vaut éviter Ashdod où vivent quelques députés israéliens en revanche. 

La dernière phrase du jour est pour le ministre de l'énergie Youval Steinitz : "Si on nous impose une escalade dans le sud nous n'aurons pas le choix - d'aller jusqu'au bout et de faire tomber le Hamas."

Allelouiah le mot est dit !!!
Il aura fallu 3 mois d'incendies et près de 300 roquettes sans réponse franche de Tsahal, dont la puissance de feu est pourtant beaucoup plus forte, pour que le gouvernement se dise que peut-être il va falloir faire quelque chose. On a tellement l'impression qu'ils prient pour ne pas avoir à bombarder le Hamas. Si vraiment on n'a pas le choix ...
De quoi faire trembler Sinwar et Hanieh eux mêmes. 

C'en devient pitoyable.
A quand le réveil d'Israël ?



Meïr Ronen. 14.7.2018
Le Blog des Hébreux

4 commentaires:

Rechercher dans ce blog

Le + lu cette semaine

Rubriques

Fourni par Blogger.