Home » » Le journal Haaretz n'est ni à droite ni à gauche, il est en Europe

Le journal Haaretz n'est ni à droite ni à gauche, il est en Europe


Très critique du gouvernement israélien dit de droite, plutôt proche des idées du parti Meretz (voire dans certains cas de Hadash et de la Liste arabe unie), le journal Haaretz est traditionnellement classé à gauche. Selon les cas certains diront "centre-gauche" tandis que d'autres estimeront qu'il s'agit de "l'extrême gauche".

C'est surtout au plan de la critique de la politique nationale et identitaire du gouvernement qu'il est perçu comme plus à gauche, pas tant au plan économique, quoique le sujet soit discutable. Les tribunes de ses commentateurs et analystes permanents en témoignent. Les Amira Hass et autres Gideon Levy seront difficilement classables au centre-gauche si on se base sur le plan classique du découpage droite-gauche (se limitant généralement à la critique du seul Israël, ils rejetteront en bloc ma perception, néanmoins on peut estimer autrement que leur proximité avec des mouvements rétrogrades comme le Hamas ou l'OLP les classeraient plutôt selon moi à l'extrême droite sur le plan des valeurs). Les commentateurs sur les plans régionaux et géopolitiques tels que Amos Harel ou Barak Ravid se classeraient en revanche plus au centre. On pourrait multiplier les exemples, les tribunes occasionnelles, l'ouverture du journal à d'autres points de vue, etc.

On constatera néanmoins une tendance, en particulier dans les éditoriaux et dans l'idéologie dominante d'Haaretz, ainsi qu'avec ses partenariats, à se situer non pas tant à gauche, mais surtout en Europe. Plutôt à gauche selon les définitions classiques sur le plan culturel via leur tendance multiculturaliste, ils seront plus au centre gauche au plan économique. 
La vision d'Haaretz reste en vérité proche de l'idéologie dominante au sein de l'Union européenne. Union européenne qu'ils admirent et qu'ils aimeraient, sinon intégrer, du moins reproduire, imiter.
Comme à Meretz en effet, on perçoit - au sein d'Haaretz- l'Union européenne comme un bienfait : un dépassement de l'Etat-nation honnis, un dépassement de l'idée -rétrograde selon eux - de patriotisme, peu distincte du nationalisme, une entité dédiée aux droits de l'homme avec sa sublime Cour européenne des Droits de l'homme et sa Convention européenne des droits de l'homme à la base de son droit et qui se situe au-dessus des normes nationales sur le plan de la hiérarchie des normes. Quel bonheur pour Haaretz ! On y aime aussi la lutte pour les droits des communautés (surtout celles des autres, de l'Autre, moins de la sienne, sauf s'il s'agit de sa communauté d'idées politiques). Les droits LGBT ! La parité ! Le multiculturalisme ! La "reconnaissance d'un Etat palestinien" avec une vision du conflit entre Israël et ses voisins très proche de celle des chancelleries européennes et de Frédérica Mogherini. Ils aiment les grands boulevards européens à Haaretz. Ils aiment le mode de vie européen. La culture européenne. Le chic européen. Son théâtre. Son cinéma. Sa gastronomie, son histoire dans les musées et les livres essentiellement, et très souvent aussi sa politique considérée comme "accueillante" ... sur les migrants, les ressortissants étrangers, le droit de vote aux élections locales, la couverture médicale universelle sur le modèle français, etc. Bref, tout ce qui décrit l'idéologie droit de l'hommiste si châtiée au sein de l'Union européenne par l'idéologie dominante libérale européiste mondialiste multiculturaliste.

Aussi, de même que Guy Mollet a dit un jour que « Le parti communiste n’est ni à droite ni à gauche, il est à l’est », il faut également conclure que le journal Haaretz, n'est ni à droite ni à gauche, il est en Europe.
Un comble lorsqu'on sait que le terme Haaretz en hébreu, désigne le pays d'Israël.


Méïr Ronen - 26 mai 2017
Le Blog des Hébreux

3 commentaires:

  1. A Meïr. Le journal Haaretz n'est ni "centre-gauche" et ni "extrême-gauche". Il est tout simplement kapoïste et collabo. Et cela depuis sa fondation dans les années 1919, lorsqu'il dénonçait les résistants hébreux contre l'occupant britannique, ou lorsqu'il voyait en Haj Amin el Husseini - le mufti musulman ami d'Hitler" - un "partenaire à la paix-, ou lorsque son correspondant en Allemagne Guershon Shavit déclarait en 1932 : "Hitler m'a fait meilleure impression que ce à quoi je m'attendais " !

    RépondreSupprimer
  2. C'est pour ça que j'ai écrit "certains diront" ... ce n'est pas ma position. Au contraire, je ne me suis pas étalé dans les exemples par souci de synthèse, mais tous les exemples que tu donnes confirment que ce journal se situe idéologiquement en Europe. Avec le vent qui souffle. Il l'était en 1919 avec les Britanniques quand ces derniers étaient à la mode, il l'était même un peu avec Hitler en 34, lorsque l'Allemagne semblait la tête forte de l'Europe et aujourd'hui il est avec l'Union européenne, la France et toute l'Europe que tu appelles "kapoiste et collabo". Mais il ne se situe jamais idéologiquement en Israël. Jamais au pays des Hébreux. Au contraire il veut leur imposer de devenir des "Européens". Exactement. Méïr Ronen

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Rubriques

Fourni par Blogger.